J’ai pas mal hésité à publier cet article…
La fin 2019 est assez catastrophique pour moi, beaucoup de points noirs et de remises en question.
Mais au final et après une dernière relecture, je me dis que l’un n’empêche pas l’autre.
Il est très axé technique, ce qui limite le scope, le but de ce blog n’étant pas de parler de ma vie pro ou perso, cela ne devrait pas rentrer en ligne de compte.

C’est le principe de, s’il y avait 12 minutes dans 1 an, est-ce que vous laisseriez 1 mauvaise minute pourrir les 11 autres ?
Du coup, voila mon feedback sur les bonnes résolutions

Quentin

Je n’ai jamais été fan des résolutions de début d’année.

Pourquoi ? Tout simplement parce que je suis du genre à ne pas les tenir!
De ce fait, pendant un temps, j’ai tout simplement arrêté d’en prendre.

Problem solved 😎

Pourtant, j’aime bien l’idée de se donner des objectifs, une direction ou un cap. Donc ça me manquait un peu.

En fin d’année dernière, j’ai vu quelques messages passer sur twitter du type « quelles sont résolutions techniques pour cette année ? »

On est loin du « j’arrête de fumer » ou « je me couche plus tôt ».
Je n’avais jamais vraiment pensé à prendre ce genre de résolutions, ni vraiment perso, ni vraiment pro.
Ca m’a donné envie 😋

En revanche, je ne voulais pas repartir dans l’exercice pour que ça soit un échec d’entrée de jeu en février… Alors j’ai pris le temps de réfléchir sur le sujet. 🧠

Pourquoi je ne tiens pas mes résolutions ?


🧐 Le problèmes des résolutions

La conclusion à laquelle je suis arrivé est que:
ce n’est pas tant le fait de prendre des résolutions le problème, mais plutôt leur contenu.

Merci captain obvious. 👍

Sauf que je ne parle pas du thème, mais vraiment de l’objectif fixé.

J’imagine que c’est un peu flou jusque-là.
Je vais détailler…

De mon point de vue, c’est très compliqué – limite impossible 🚫- de prendre des résolutions figées en début d’année et de s’y tenir pendant un an.

En une année, il se passe énormément de choses.
Des événements qu’on n’imagine pas fin décembre début janvier, et qui agissent et perturbent directement ces résolutions.

Alors s’engager sur quelque chose de complexe c’est quasiment impossible. On se refuse à le faire dans notre métier. Pourquoi on le ferait dans la vie ? 🧐

Mais comment faire pour quand même se fixer des objectifs sans savoir ce qui va se passer et si on pourra les tenir ?
C’est ultra déprimant, par principe je ne m’engage pas quand j’ai une incertitude de pouvoir tenir ce sur quoi je m’engage.


📉 Des chiffres ou des caps ?

Fin 2018, j’étais bien conscient du problème.

J’avais déjà une liste d’idées de ce que je pouvais imaginer comme résolutions.
Ce qui m’emmerdait 💩, c’est que dès le départ je savais que je risquais de ne pas la tenir.

Alors, j’ai repris ma liste et plutôt que d’être trop brutal dans mes résolutions, je me suis essayé à un exercice:

Transformer la façon dont j’avais exprimé ces résolutions.

Avant Après
  • Faire X dépôts publics *
  • Ouvrir X pull requests *
  • Ecrire X articles sur medium *
  • Gagner X de réputation sur Stackoverflow *
  • Faire 1 public speak
  • Passer le Associate Android Developer
  • Contribuer à de l’open source
  • Ecrire quelques articles techniques ou non
  • Aider les gens sur Stackoverflow
  • Maitriser un side-sujet et savoir en parler
  • Passer une certification

* je n’ai plus les chiffres en tête et j’ai perdu la liste originale.

Ca change clairement la façon dont on voit le sujet non ?

Vous allez me dire, c’est un tour de passe-passe pour faire passer un rond dans un carré mais au fond ca dit la même chose.
En fait pas du tout.

Avant, je me fixais des objectifs très déterminés, quantifiés, ciblés. C’est bien pour se faire un feedback chiffré. Mais aussi très compliqué à gérer sur du long terme.
Après, je suis resté flex, c’était un cap à suivre, sans pression, plus large, mais dont la philosophie restait plus proche. Les objectifs intermédiaires n’apparaissent plus.


😏 Et ça à marché tout ça ?

Eh bien, le bilan n’est pas mal du tout.

Si on reprend les points 1 par 1, on a

🤙 Contribuer à de l’open source

Je pense que ça faisait longtemps que mon schéma Github n’avait pas été aussi vert 🟩 (même s’il reste bien blanc, on n’va pas se mentir).
J’ai créé 3 repos (utilisés ou non, mais ils ont le mérite d’exister), ouvert des issues (ça aussi c’est contribuer), proposé 2 PR !
Finalement, le fait de ne pas m’être imposé de faire telle ou telle action a fait que je me suis laissé porter, et le résultat ne peut être que positif car même avec 1 seule issue ouverte, j’aurais « réussi » ma résolution. 🙃

📝 Ecrire quelques articles techniques ou non

De ce côté, il y a eu de l’essai.
2 stories sur Medium, dont une que j’ai traduite sur le blog de ma boîte.
Mais aussi l’ouverture de ce même blog, sur lequel (en comptant ces lignes) j’ai publié 4 articles. (Le Aloha ne compte pas, faut pas déconner, et le chromecast a été bien revu).
Il y a eu du technique mais aussi du non technique, c’est plutôt sympa, ça me permet de partager autrement sans me restreindre à un thème.

Aider les gens sur Stackoverflow

Idem, 2019 a été plutôt pas mal, j’ai répondu à quelques questions.
Ca m’a pris du temps, surtout pour bien formuler la réponse.
Au début je le vivais un peu comme une course à la réponse, parce que parfois je rage de voir des réponses qui pourraient faire pire ne rien faire, être validées parce qu’elles sont arrivées en premier.
Mais bon, après tout, l’idée est de partager et d’aider, les gens font ce qu’ils veulent des réponses par la suite…
Il y a des mois ou je n’ai pas mis un pied sur stack et d’autres où j’avais du temps et je me suis dit, allez, prend une après midi et essaye de répondre à ce que tu peux.

🧠 Maitriser un side-sujet et savoir en parler

Bof bof, on n’va pas se mentir, je me suis pas mal replongé dans la compatibilité chromecast.
Je pense l’avoir suffisamment revu pour bien comprendre comment tout ça se passe et savoir bien en parler, mais j’aurais aimé passer plus de temps dessus.
Maitriser un sujet prend du temps et un investissement fort que j’ai clairement sous-estimé ici.

🏅 Passer une certification

Bon, bah là j’ai été mauvais.
Ni le temps, ni l’envie, ni l’opportunité.
D’ailleurs quand je reprends mes réflexions, je me dis que c’était presque un objectif inaccessible car dépendant de trop de choses autour de moi.
Maintenant je ne veux pas non plus sous-estimer ma non-implication dans la réussite de cet objectif. Donc mauvais point pour moi ⛔️
Aujourd’hui, ce n’est même plus un objectif qui m’attire plus que ça, mon avis a changé sur le sujet… Donc je ne sais même pas si je le reporte à 2020.

De mon côté, je considère ça comme un bilan super positif.
Ne pas avoir de chiffres en face de mes attentes fait que quelle que soit l’avancée, c’est positif et me donne envie d’aller plus loin.
Libre à moi de me fixer des objectifs plus « stricts » au mois le mois, quand je sais si je vais être dérangé ou non, ou que je contrôle plus mon environnement. Mais pas de pression (exemple Stackoverflow).
Clairement ça peut être amélioré, mais niveau rétrospective sur la méthode je considère que c’est vraiment pas mal !

L’année n’est pas finie, mais le résultat restera sensiblement le même, je doute réussir à passer une certification ou maitriser un sujet en 20 jours.
En revanche, je continue à regarder ce qu’il se passer sur Stackoverflow, mon petit tour sur Github et essayer d’aider les projets que j’utilise 😊.
Bref, je m’y tiens le plus possible !


🥳 Vivement 2020

J’espère que ce feedback sur ma façon de voir et de prendre des résolutions fera écho chez quelques-uns d’entre vous.
Pour moi, niveau technique, c’est vraiment positif et ça va me permettre de reprendre une pratique de « bonnes résolutions » un peu plus accessible.

Est-ce qu’on ne pourrait pas rapprocher cela à avoir une vision plus « agile » de ses résolutions ? Peut-être…

Du coup, vivement celles de 2020 🎉

Dernière modification: 26 décembre 2019